Phytothérapie et gemmothérapie : les vertus des plantes pour la santé

Les médecines alternatives et complémentaires, également dénommées médecines douces ou traditionnelles regroupent en fait l’ensemble des pratiques homéopathiques, en opposition aux médecines allopathiques. Ces dernières sont basées sur l’utilisation de médicaments produisant des effets contraires à ceux de la maladie à combattre.

On les trouve de plus en plus souvent, parfois même aujourd’hui dispensées au sein des hôpitaux, précisément dans des cas de complément à de traitements chimiques ou en appui à des pratiques occidentales.Parmi les plus courantes, on peut citer l’acupuncture ou l’homéopathie.

Deux autres pratiques sont en train de prendre un bel essor, la phytothérapie et la gemmothérapie. Si elles sont toutes les deux basées sur les principes actifs présents dans les fleurs, les arbustes ou les arbres, elles recèlent toutefois des différences.

La phytothérapie : se soigner par les plantes

La phytothérapie permet de se soigner en utilisant les principes actifs naturels de certaines plantes. Depuis la nuit des temps, pourrait-on dire, les vertus de certaines plantes ont été repérées et utilisées pour soigner de manière empirique. Qui n’a jamais entendu parler des vertus antiseptiques du thym, des bienfaits de la cannelle, des effets minéralisant de l’ortie ou des impacts sur la circulation sanguine de l’ail ?

La liste de ces plantes vertueuses est très longue, car chaque plante ou presque recèle une ou plusieurs vertus thérapeutique. Aujourd’hui, les parapharmacies et boutiques bio ont remplacé les herboristeries d’antan et proposent un très large choix de plantes, sous des formes variées.Le plus souvent, la racine, les feuilles ou les fleurs de la plante sont ingérées sous forme de tisane, suite soit à une infusion, soit à une macération ou soit à une décoction.

Les plantes peuvent également être broyées et présentées sous formes de gélules. On les trouve aussi en ampoules buvables. Souvent, dans une ampoule les concentrations en principes actifs sont supérieures à celles que l’on trouve dans une gélule. Ces traitements se prennent sous forme de cure d’une trentaine de jours, le plus souvent recommandée aux changements de saison.

Certaines plantes sont à utiliser avec précaution car leurs principes actifs peuvent s’avérer très puissants, voire toxiques ( listes des plantes sur l’IESV ). Les conseils d’un spécialiste formé, médecin, pharmacien ou naturopathe sont fortement requis avant l’utilisation de certains remèdes , en particulier si plusieurs plantes sont employées simultanément ou pour éviter des interactions avec d’autres traitements.

Le millepertuis est par exemple à utiliser avec la plus grande précaution, tant par sa posologie que par ses effets possibles en cas d’interaction avec d’autres médicaments.
Les huiles essentielles comme la gemmothérapie sont des autres domaines de la phytothérapie.

La gemmothérapie, une ramification de la phytothérapie

La gemmothérapie est une médecine alternative et complémentaire dont le principe repose sur les principes actifs contenus dans les bourgeons et les jeunes pousses d’arbres ou d’arbustes. Ces éléments sont présentés sous la forme d’un macérat dit glycériné, obtenu après macération dans de l’eau, de la glycérine et de l’alcool.

En cela, elle représente une catégorie de la phytothérapie. A  titre d’exemple, on peut citer les effets des bourgeons de figuier comme analgésiques et antidépresseurs. Les bourgeons du cornier ont des vertus sur la circulation sanguine utiles pour les personnes sujettes à varices. Les bourgeons de tilleul sont notamment utilisés comme tranquillisant.
Là encore, la liste des arbres et arbustes dont les pousses ou les bourgeons ont des vertus thérapeutiques reconnues est longue, même si seuls quelques essences seulement sont commercialisées : cassis, aulne, bouleau, églantier, ….

La posologie est simple : quelques gouttes à prendre de manière régulière et par cure assurent la meilleure efficacité. Certains recommandent même de laisser agir quelques secondes le macérat sous la langue avant de l’avaler.

A découvrir : la gemmothérapie en podcast avec le témoignage d’un médecin naturopathe (radiofmplus.org/itineraires-sante-theme-la-gemmotherapie-et-les-elixirs-floraux-premiere-partie/)

Pour reprendre l’adage « La Nature est bien faite », il est tout à fait possible se soigner correctement par les plantes. Ces thérapies dites douces n’en sont pas moins efficaces à condition d’utiliser des produits de qualité, convenablement dosés. Pour cela, les recommandations de spécialistes sont toujours à prendre avant de commencer un traitement ; il faut également rester vigilant aux risques d’interactions avec d’autres médicaments.

Leave a Reply